Too Late – Colleen Hoover

too lateSloan n’a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle avait besoin. C’est justement pour échapper à une situation sans issue qu’elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique. De plus, c’est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n’a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu’il lui fait subir jusqu’à ce qu’elle puisse lui échapper. Seule. Personne ne peut l’aider à sortir de cette situation. Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu’elle vient de rencontrer. Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d’elle et il fait tout pour la persuader qu’elle ne peut pas se passer de lui. Personne ne s’interposera entre Sloan et lui. Sauf peut-être Carter.

Je remercie les éditions Hugo&cie pour la lecture de ce roman.


Cher lecteur, lectrice,

Au moment où j’écris ces mots, j’ai terminé ce roman hier au soir et je ne sais toujours pas comment aborder ma chronique … Too late est un roman très particulier. Intense. Il vous chamboule émotionnellement.

Too late n’est pas la romance légère qui fait sourire et fait papillonner votre cœur. Non. Too late vous met face à la réalité. Face à deux sortes d’amours littéralement opposés. C’est comme si votre cœur avait embarqué sur des montagnes russes.

Comme nous l’indique Colleen Hoover au début de son roman, Too late tient une place à part dans ses romans. Le sujet est beaucoup moins léger (bien que nous ayons déjà eu Jamais plus) et la construction est atypique. Colleen Hoover a en effet souhaité que ce roman reste tel qu’il a été écrit dans son premier jet, quasiment sans modification lors de son édition. L’histoire pourrait ainsi se terminer à la page 315, là où le mot FIN est d’ailleurs écrit. Mais tout comme Colleen Hoover, je n’avais clairement pas envie de quitter Sloan et Carter après si peu de page. S’en suit donc un épilogue, puis un prologue, puis un prologue au prologue. Je vous rassure cependant les événements sont très faciles à situer.

Cette construction vient très justement renforcer le côté un peu « brut » du roman. L’intrigue est construite autour de trois personnages très marquant et tous émotionnellement intenses. L’histoire comportant de nombreux rebondissements, je ne peux malheureusement pas vous en dire plus, alors je vais me concentrer sur les émotions que j’ai ressenti.

La peur. Voilà le sentiments que j’ai ressenti quasi constamment pour Sloan lors de ma lecture. C’est une jeune femme tout à la fois forte et fragile. Forte parce qu’elle endosse des responsabilités beaucoup trop lourdes pour son âge, qu’elle n’a pas eu d’enfance et doit se sacrifier pour une tierce personne. Paradoxalement, elle est émotionnellement très faible. Elle se retrouve sous l’emprise totale d’Asa tout en se doutant que leur relation n’est pas tout à fait saine. J’ai eu extrêmement peur pour elle à plusieurs reprises. On ne peut ressentir qu’une très forte empathie pour cette jeune femme perdue dans une éprouvante spirale émotionnelle.

Je creuse de plus en plus profondément le trou qui va m’engloutir. Je ne sais pas comment en sortir. Et Asa va bientôt le fermer avec une couche de ciment.

La colère. Voilà le principal sentiment que m’inspire Asa. Son comportement est horrible et complètement psychotique. Ses jugements sont biaisés et son amour pour Sloan est proche du trouble obsessionnel. Mais là où Colleen Hoover révèle tout son talent, c’est que l’on ne peut s’empêcher de ressentir de la compassion pour ce jeune homme torturé. Au fil des pages, on comprend mieux son comportement, sans pour autant l’en excuser.

On peut compatir au malheur de quelqu’un tout en souhaitant le voir mort.

Je vous invite à respecter les avertissements de l’auteure et de l’éditeur. Ce roman n’est pas à placer entre toutes les mains. Certaines scènes sont très difficiles. Lorsqu’Asa est en présence de Sloan, il perd toutes notions de bien et de mal.

L’amour. Comment ne pas aimer Carter ? Son dévouement, son sang-froid, sa passion, sa protection, sa sensibilité. Carter c’est la bouffée d’air pur de Sloan, la preuve qu’une autre sorte d’amour existe. Malheureusement, leur situation est très risquée et les conséquences de leur tentation parfois dramatique. Carter va vous réserver beaucoup de bonnes surprises mais il vous donnera également des sueurs-froides.

Chaque seconde que je passe avec lui m’incite à en passer deux de plus.

Cette voix si douce, si sensuelle m’effleure la poitrine telle une plume légère, mais je me convaincs que j’ai juste faim.

J’ai eu le cœur lourd à plusieurs reprises. C’est une histoire déchirante, émotionnellement difficile. La fin est très belle mais teintée d’un sentiment doux-amer. Too late n’est pas un coup de cœur mais ce roman restera une lecture intense et très marquante.

Enjoy

Publicités

8 commentaires sur « Too Late – Colleen Hoover »

    1. Ah oui ? Ce n’est pas l’impression que j’ai eu, mais peut-être que je n’en ai pas lu assez. En tout cas c’est sûr que pour lire ce roman, il faut s’ôter de la tête les précédents CoHo, il est vraiment à part.

      J'aime

  1. Je l’ai finis ce matin et je pense que je suis passée complétement à côté de l’histoire… Je trouve que tout va trop vite et j’aurais voulu que cela soit plus posé pour mieux ressentir les sentiments des personnages. Cela reste un sujet dure à aborder et j’ai trouvé cela intéressant de le voir aborder dans un roman comme ça.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s