Invincible – Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick

invincibleNick Renshaw est la pépite du rugby britannique. Malheureusement, il se blesse grièvement et sa carrière est menacée. Commence alors pour lui une descente aux enfers. Il se sent abandonné et trahi par ses proches, mais il veut se battre pour reprendre sa place. Le Dr Anna Scott est la seule personne qui peut aider Nick, elle a ses propres méthodes mais aussi ses lourds secrets. Quand le passé de Nick revient les hanter tous les deux, l’énigmatique docteur est plus vulnérable qu’elle n’y paraît.

Brisée et trahie, la lutte pour survivre semble intolérable. Quant à Nick, retrouvera-t-il le chemin des terrains ? Qui cédera, qui se relèvera… qui restera invaincu ?

Je remercie les éditions Hugo & cie pour la lecture de ce roman.

Cher lecteur, lectrice,

Je vais tout de suite entrer dans le vif sujet et être très claire ! Oui, j’ai sélectionné ce roman principalement pour sa couverture >_< Non mais, est-ce qu’on parle de cette couverture ?! Pour une fois qu’on peut voir le visage du mannequin ! Bon ok, il n’y pas que son visage qui compte …

Voilà ! Ça c’est dit !

Bon mais ça raconte quoi tout ça ?

Ce qui m’a également plu dans ce roman c’est le fait que l’intrigue prenne place dans le monde du rugby. Je ne suis pas une grande fan de sport mais s’il y a bien un sport dont je ne rate pas les matchs, c’est le rugby !

Autre fait plutôt original, le roman est écrit à quatre mains dont deux appartiennent au Monsieur sur la couverture. Et oui ! Concrètement cela donne quoi ?

J’avais peur que le roman ne soit trop érotique (on remercie les clichés !). J’ai donc été agréablement surprise par la qualité de l’intrigue et le côté assez soft des scènes érotiques. Je ne serais pas clairement vous expliquer pourquoi mais la plume masculine se ressent bien. J’ai noté un style précis et incisif. La lecture est peut-être un tout petit peu moins fluide mais passer les premières pages, je m’y suis rapidement faite. Le point de vue n’est pas interne aux deux personnages mais omniscient, sans toutefois faire l’impasse sur les sentiments et les ressentis.

Question intrigue, j’ai beaucoup apprécié que nos deux protagonistes ne se sautent pas dessus dès la page 3. Le contexte et la tension sont bien installés. Vous ne serez pas face à deux êtres ne pensant qu’à se jeter l’un sur l’autre. Non, il y a bien un contexte, des enjeux et des conséquences. La relation connaît des hauts et des bas. J’ai beaucoup apprécié la temporalité et le déroulement de l’histoire. Tout n’est pas condensé sur quelques mois. L’intrigue tient clairement la route grâce aux aléas de la vie. Certes, ce n’est pas la vie de Monsieur et Madame tout le monde, mais quand même.

Chaque sourire, chaque heure passée en sa compagnie sont les meilleurs de sa vie. Bien qu’il ne soit pas littéralement tombé amoureux. Ça n’a pas été une chute soudaine, un saut du haut de la falaise. Ça a été une douce et lente chaleur qui a pris possession de son corps, comme le soleil levant.

Nick m’a beaucoup touché. Là encore, nous sommes loin des clichés. Non, notre personnage masculin n’est pas un bad boy qui va tomber éperdument amoureux de la jeune fille effarouchée et changer de vie pour elle ! Nick est un homme entier, généreux mais qui possède également beaucoup de faiblesses, bref, il est humain. Ses réactions sont parfaitement cohérentes.

Anna est construite sur la même psychologie. Elle possède son lot de casseroles, ses peurs, son caractère et sa volonté. J’ai beaucoup aimé son caractère discret et affirmé. Un peu comme moi quoi >_<

C’est un dîner entre deux personnes qui s’entendent tout simplement bien, sans raison particulière. Ils sont différents et pourtant semblables, changés, altérés par les événements de leur passé.

L’univers du rugby est parfaitement retranscrit et j’ai littéralement vibré lors des descriptions de matchs. Je vous rassure, ces passages ne sont ni trop long ni trop nombreux. Je peux comprendre que cela en ennuierait certaines ! Derrière la descente aux enfers de Nick se cache une belle leçon de vie. Oui, on peut se relever de ses blessures, en essuyer d’autres mais se relever, encore, se battre et devenir INVINCIBLE.

J’ai passé un très agréablement moment avec Invincible. L’histoire et les personnages sont pour une fois loin des clichés du genre et l’intrigue est très bien menée. J’ai ressenti énormément de sympathie pour Nick et Anna, ils sont attachants et vrais. Le mélange d’une plume féminine et masculine apporte une touche originale et incisive.

Enjoy

Publicités

6 commentaires sur « Invincible – Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s